Narconon International Drug Rehab and Education Services
Drug Rehabilitation and Education Centers Around the World Centres de réadaptation, réhabilitation, prévention et éducation sur les drogues prévention des drogues Programme Narconon de réhabilitation et réadaptation des drogues


Subscribe to our
e-newsletter!
Enter email here:



Accoutumance à la Cocaïne

En 1997 on recensait approximativement 1,5 millions d’utilisateurs réguliers de crack ou de cocaïne en poudre

cocaine: not just an american problemComment devient-on cocaïnomane?

Les effets de la cocaïne sont immédiats, extrêmement plaisants et brefs. La cocaïne et le crack produisent tous les deux une euphorie éphémère et la sensation d’une plus grande énergie. Tout comme la caféine, la cocaïne réveille et coupe l’appétit ; elle donne des sentiments de bien-être, de puissance et d’aptitude exagérées, mélangées à des sentiments d’anxiété et de nervosité. Alors que ces sensations de supériorité s’estompent, le cocaïnomane se sent particulièrement déprimé et « crashe », à quel moment il se sent léthargique et peut dormir pendant plusieurs jours d’affilée.  

La cocaïnomanie représente-t-elle un problème sérieux ?

On peut devenir accoutumé très rapidement et cette habitude est très difficile à briser. Des études sur des animaux ont montré que les animaux travailleront très dur (pousseront une barre plus de 10 ,000 fois) pour une seule injection de cocaïne,  choisiront la cocaïne au lieu de la nourriture et la consommeront même s’ils se font punir par la suite. L’accès des animaux à la cocaïne doit être limité afin d’éviter qu’ils n’ingèrent des doses toxiques ou même fatales. Il y va de même pour les gens. Elles feront n’importe quoi pour se procurer de la cocaïne même si cela nuit à leurs résultats scolaires, leur travail ou leurs relations avec leurs proches.

Quels sont les problèmes associés avec la cocaïnomanie ?

arrest: it could happen to youLe crack et les autres formes de la cocaïne peuvent enclencher une anxiété et un état dépressif d’une durée de plusieurs semaines.

Le sevrage peut échouer car la dépression qui en découle devient trop forte et le cocaïnomane rechutera afin de vaincre cette dépression. Cette habitude peut pousser le toxicomane à faire n’importe quoi pour se procurer de la cocaïne.

 

Back to Top