Narconon International Drug Rehab and Education Services
Drug Rehabilitation and Education Centers Around the World Centres de réadaptation, réhabilitation, prévention et éducation sur les drogues prévention des drogues Programme Narconon de réhabilitation et réadaptation des drogues


Subscribe to our
e-newsletter!
Enter email here:



Héroïnomanie

« L’utilisation de la morphine à la place de l’alcool est le choix entre deux maux, et de loin le moindre » Cincinnati Lancet-Clinic. 1889

« L’héroïne remplacera la morphine sans ses caractéristiques désagréables. » New York Medical Journal. 1901

« “Certains héroïnomanes avouent volontiers préférer la méthadone comme drogue d’accoutumance ». International Journal of Pharmacology. 1975

“La clonidine est devenue l’agent chimiothérapique le plus utilisé pour la détinstoxication des personnes dépendantes de la méthadone. » NIDA Treatment Research Monograph. "Recherche sur le traitement de la toxicomanie." 1983

Tolérance, dépendance et sevrage

heroin killsAvec la consommation régulière de l’héroïne vient la tolérance. Le consommateur doit donc utiliser plus d’héroïne afin d’obtenir la même intensité ou le même effet. Avec des doses de plus en plus fortes, apparaissent la dépendance physique et la toxicomanie. Une fois dépendant, le corps est habitué à la présence de la drogue et des symptômes de sevrage apparaîtront si les doses sont réduites ou la consommation arrêtée.

Le sevrage, qui peut se manifester quelques heures après la dernière dose, occasionne des manques, une agitation, des douleurs dans les os et les muscles, de l’insomnie, de la diarrhée, des vomissements, des sueurs froides avec chair de poule (cold turkey), des mouvements incontrôlés des jambes, etc. Les symptômes de sevrage principaux atteignent leur pic entre 48 et 72 heures après la dernière dose et disparaissent au bout d’une semaine environ.  Parfois l’arrêt soudain chez les héroïnomanes en mauvaise santé peut occasionner leur décès, bien que le sevrage de l’héroïne soit considéré comme nettement moins dangereux que le sevrage de l’alcool ou des barbiturates.

Symptomes du sevrage de l’héroïne

Quelles que soient les doses consommées, les réactions suivantes peuvent se manifester :

    ~Convulsions
    ~Elévation du rythme cardiaque
    ~Tachycardie
    ~Crise cardiaque
    ~Augmentation rapide et forte de la pression artérielle
    ~Apoplexie
    ~Profonde dépression
    ~Tendance suicidaire    

Durant le sevrage, il se peut que la pression artérielle, le pouls, la respiration et la température augmentent. Les symptômes de surdosage – pouvant mener au décès – sont : respiration faible, peau moite, convulsion, coma. 

Problèmes associés à l’héroïnomanie

it could happen to youL’héroïne peut déclencher des sentiments de dépression pouvant durer des semaines. Lorsque la personne essaye d’arrêter sa consommation, elle échoue souvent car le sevrage est trop difficile, ce qui pousse le toxicomane à utiliser de nouveau pour se débarrasser de ces symptômes. Cette dépendance écrasante peut pousser le toxicomane à faire n’importe quoi pour se procurer de l’héroïne.

Back to Top