Narconon International Drug Rehab and Education Services
Drug Rehabilitation and Education Centers Around the World Centres de réadaptation, réhabilitation, prévention et éducation sur les drogues prévention des drogues Programme Narconon de réhabilitation et réadaptation des drogues


Subscribe to our
e-newsletter!
Enter email here:



Historique de l’héroïne et de l’opium

Contribution de: PBS Frontline et erowid.org


3400 AV. J.C.    
    Le pavot est cultivé en Basse Mésopotamie. Les Sumériens l’appelle Hul Gil, la plante de la joie. Ils exportent cette plante et ses effets euphoriques aux Assyriens. La récolte du pavot est enseignée aux Babyloniens qui ensuite passent ces connaissances aux Egyptiens.

Vers 1300 AV. J.C.     
    A Thèbes, les Egyptiens commencent la culture à grande échelle de l’opium thebaicum. Le commerce de l’opium prospère durant le règne de Thoutmès IV, Akhénaton et Toutânkhamon. La route du commerce comprenait les royaumes des Phéniciens et Minoens qui acheminaient cet article profitable dans toute la Méditerranée et en Grèce, en Europe et à Carthage.

Vers 1100 AV. J.C.    
    Sur l’Ile de Chypre, le “Peuple de la Mer” fabrique des couteaux de haute qualité pour la récolte de l’opium, qu’il cultive, vend et fume avant la chute de Troie. 

Vers 460 AV. J.C.      
    Hippocrate, "le père de la médecine”, rejette les attributs de l’opium mais reconnaît son utilité en tant que stupéfiant et astringent pour les conditions médicales internes,  féminines et les épidémies.

330 AV. J.C.     
    Alexandre Le Grand introduit les peuples de Perse et d’Inde à l’opium.

300 AV. J.C.     
    L’opium est utilisé par les Arabes, les Grecs et les Romains en tant que sédatif et soporifique.
 400    
   L’opium thebaicum, des champs de Thèbes, est introduit pour la première fois en Chine par les marchands arabes.

XIVe s. 
    L’opium disparaît de l’histoire européenne pendant deux cents ans. L’opium est un sujet tabou pour les érudits durant l’Inquisition. Aux yeux des inquisiteurs, tout ce qui provenait de l’Est était lié au Diable.

XVIe s.
    Les Portugais, de par leur commerce dans la Mer de la Chine Est, initient l’art de fumer l’opium. Les effets sont instantanés mais cette pratique était considérée barbare et subversive par les Chinois.

1527    
    A l’apogée de la Réformation, l’opium est réintroduit dans les écrits médicaux européens par Paracelsus, sous la forme de laudanum. Ces pilules noires ou « pierres d’immortalité » sont fabriquées à base d’opium thebaicum, de jus de citron et d’extrait d’or, et prescrites comme analgésiques.

XVIIe s.    
    Les Perses et Indiens commencent à manger et à boire des concoctions d’opium à des buts récréatifs. Les marchands portugais transportent des cargos d’opium indien à Macao puis en Chine.

1606    
    Des navires institués par charte par la Reine Elizabeth sont ordonnés d’acheter l’opium indien le plus pur et de le ramener en Angleterre.

1680    
    L’apothicaire anglais Thomas Sydenham introduit le laudanum Sydenham, un mélange d’opium, de sherry et d’herbes. Ses pilules, ainsi que d’autres de l’époque, sont des remèdes populaires pour grand nombre de troubles.

1689    
    Utilisation de mélanges tabac-opium (madak) aux Indes Orientales (probablement à Java), habitude qui se propage à Formose, Fukien et sur la côte sud de la Chine.

Engelberg Kaempfer inspecte des maisons primitives où le mélange est distribué.

1700    
    Exportation par les Hollandais d’opium indien vers la Chine et les îles de l’Asie du Sud-Est; les Hollandais introduisent la pratique de fumer l’opium dans une pipe à tabac aux Chinois.

L’utilisation du haschisch, de l’alcool et de l’opium se propage parmi la population de la Constantinople occupée.

1729    
    L’Empereur chinois, Yung Cheng, publie un édit interdisant la pratique de fumer l’opium et sa vente domestique sauf sous licence à fins médicales.

1750    
    La Compagnie britannique East India prend le contrôle du Bengal et de Bihar, les districts de culture d’opium d’Inde. Les navires britanniques dominent le commerce de l’opium de Calcutta vers la Chine.

1753    
    Linnaeus, père de la botanique, classifie le pavot, Papaver somniferum- comme ayant un effet soporifique dans son livre Genera Plantarum.

1767    
    L’opium en provenance du Bengal continue d’arriver en Chine malgré l’édit de 1729 en interdisant la pratique de le fumer. L’importation de l’opium en Chine par la compagnie  britannique East India passe de 200 coffres par an en 1729 à deux mille coffres d’opium par an. Toutefois, la plus grande partie est utilisée à des fins médicales. L’opium est taxé.

1772    
    La compagnie britannique East India établit un monopole limité sur l’opium en provenance du Bengal ; la compagnie garde le contrôle général du commerce, mais les opérations sont entre les mains de contractants, qui prêtent des fonds aux agriculteurs, achètent l’opium produit et le vendent à la compagnie qui le revend ensuite aux enchères aux marchands à Calcutta. Les affréteurs principaux sont britanniques.

1773 - 1786    
    Warren Hastings, premier gouverneur général d’Inde, reconnaît la dangerosité de l’opium et s’oppose à l’augmentation de la production ; plus tard, il encourage la compagnie de contrôler l’opium et espère que le monopole et la limite de l’approvisionnement décourageront la consommation. Ce monopole limité dure durant son administration et même après, mais lors de la découverte du marché chinois, le monopole passe du contrôle à l’expansion de la culture.
1779    
    Première mention d’un véritable commerce d’opium à Canton.

1780    
    Les commerçants britanniques établissent un dépôt d’opium à Macao. Un deuxième édit impérial interdit la consommation d’opium et réitère la prohibition de sa vente.

1787    
    Le commerce d’opium est moins important que le commerce de marchandises ; les directeurs de la compagnie britannique East India ayant reconnu les objections de la Chine en ce qui concerne l’importation de l’opium offrent d’interdire l’exportation d’opium indien vers la Chine. Toutefois les représentants de la société à Canton déclarent que les Chinois ne sont jamais sincères quant à leurs intentions exprimées sur la suppression du trafic illicite, tant que les bureaucrates publient des édits de prohibition d’un  côté et tendent la main pour recevoir des pots-de-vin du commerce illégal.

1793    
    La Société britannique East India établit un monopole total du commerce de l’opium. Ils interdisent à tous les cultivateurs de pavot de vendre de l’opium aux concurrents.

1796    
    Alarmé par la croissance de la consommation, l’Empereur chinois publie un édit interdisant l’importation de l’opium. Ainsi que l’exportation de l’argent chinois utilisé comme monnaie d’échange. Même le commerce légitime est limité au troc. Toutefois, l’achat illicite d’opium continue.

1799    
    L’édit de 1796 augmente le trafic par Macao et autres zones hors du contrôle du gouvernement, avec comme résultat une croissance sans précédent. Les Britanniques déclarent uniquement leur cargo légitime, et laissent l’opium à bord, après quoi les marchands chinois le sortent subrepticement dans de petits bateaux rapides. 
L’Empereur de Chine,  Kia King, bannit l’opium complètement, la culture et le commerce de l’opium sont maintenant illégaux. 

Un édit ferme des autorités de Canton soutient le décret de 1796 de l’Empereur de Chine et interdit le commerce d’opium dans ce port. Une campagne concourante contre la culture du pavot est mise en œuvre. L’opium devient une marchandise illicite.

XIXe s.
    Des médicaments et préparations à base d’opium tels que Dover's Powder étaient disponibles sans restriction aucune. En effet, le laudanum (un mélange d’opium et d’alcool) était moins cher que la bière ou le vin que même les travailleurs pauvres pouvaient se permettre. Par conséquent, l’incidence de dépendance à l’opium a augmenté continuellement durant la première moitié du XIXe siècle en Angleterre, en Europe et aux Etats-Unis. L’utilisation médicinale de panacées à base d’opium, par exemple les soporifiques pour enfants, était importante en Angleterre. Toutefois, malgré certains cas parmi les personnalités littéraires et créatives anglaises (Thomas de Quincey, Byron, Shelley, Coleridge, et Dickens), la consommation récréative de cette drogue était limitée et il n’existe aucune évidence que son utilisation était si excessive qu’elle posait un problème social ou médical.
1800    
    La société britannique Levant achète près de la moitié de tout l’opium en provenance de Smyrne, Turquie, pour l’importation exclusive en Europe et aux Etats-Unis.

L’opium devient le symbole de la corruption des bureaucrates, et est associé avec les criminels ainsi que les sociétés secrètes anti-gouvernementales. Un édit interdit la culture domestique et réitère la prohibition de l’importation de l’opium. La Chine développe une politique anti-opium, tout au moins sur papier. De plus en plus d’édits sont publiés afin de répéter les interdictions d’importation, de vente et de consommation d’opium.    

1800 - 1820    
    La culture domestique d’opium est encouragée par la consommation croissante, ainsi que des prix de plus en plus élevés et les problèmes d’adultération. Elle décline après les années 1820, mais les contrôles ne semblent pas nécessaires. 

1803    
    Friedrich Sertuerner de Paderborn, Allemagne, découvre l’ingrédient actif de l’opium en le dissolvant dans de l’acide et en le neutralisant avec de l’ammoniaque. Résultat, des alcaloïdes : principium somniferum ou morphine. Probablement le premier alcaloïde végétal isolé ; ce qui donna probablement naissance aux recherches sur les alcaloïdes végétaux. Cinquante ans plus tard, des douzaines d’alcaloïdes, dont l’atropine, la caféine, la cocaïne et la quinine, ont été isolés d’autres plantes et utilisés en doses mesurées précisément pour la première fois.

Les physiciens pensaient que l’opium avait été finalement perfectionné et dompté. La morphine est louée comme la “médecine de Dieu” étant donné ses effets prolongés sanitaires, sans danger.

1804    
    Le commerce de l’opium reprend au port de Canton. Bien que l’édit de 1796 soit toujours en vigueur, il a peu d’effet et aucun changement pratique immédiat de la politique n’a lieu.

1805    
    Un contrebandier de Boston, Massachusetts, Charles Cabot, tente d’acheter de l’opium des Britanniques, puis le fait passer en Chine sous les auspices des contrebandiers britanniques.
1812    
   L’Américain John Cushing, employé par l’entreprise de son oncle, James and Thomas H. Perkins Company of Boston, s’enrichit grâce à la contrebande de l’opium turc à Canton.

1816    
    John Jacob Astor de New York City joint le commerce illicite de l’opium. Sa société de fourrures américaine achète dix tonnes d’opium turc puis le fait passer en contrebande à Canton. Par la suite, Astor abandonne le commerce d’opium en Chine et vend exclusivement à l’Angleterre.

1819    
    l’écrivain John Keats et d’autres personnalités littéraires anglaises utilisent l’opium de manière récréative: pour l’euphorie qu’il apporte, mais à des intervalles espacés pour ne pas créer d’accoutumance.

1821    
    Thomas De Quincey publie le récit autobiographique de son opiomanie, 'Confessions d’un opiomane anglais”.

1827    
    E. Merck & Company de Darmstadt, en Allemagne, commence la fabrication commerciale de la morphine.

1830    
    La dépendance britannique de l’opium pour des fins médicinales et récréatives atteint son zénith avec 11 000 kilos d’opium importés de Turquie et d’Inde.

Jardine-Matheson & Company de Londres inhérite le commerce indien de l’opium de la société britannique East India lorsque les mandats de réglementation des politiques commerciales de l’Inde britannique ne sont plus en vigueur.

1832    
    La codéine est extraite de l’opium.

1837    
    Elizabeth Barrett Browning tombe sous le sort de la morphine. Ce qui ne l’empêche toutefois pas d’écrire des “paragraphes poétiques ».

1839    
    L’opium et les préparations opioïdes sont responsables de plus de décès prématurés que tout autre agent chimique. Les opiacés sont responsables de 186 cas d’empoisonnements sur 543, y compris au moins 72 d’enfants.

18 mars 1839    
    Lin Tse-Hsu, Commissaire impérial chinois responsable de la suppression du trafic de l’opium, ordonne tous les commerçants étrangers de céder leur opium. Les Britanniques répliquent en envoyant des navires de guerre le long de la côte de Chine et déclarent la Première Guerre de l’Opium.

1840    
    Des habitants de la Nouvelle-Angleterre importent 12 000 kilos d’opium aux Etats-Unis. Les douanes américaines s’empressent d’imposer une taxe sur cette importation.
1841    
    Les Chinois perdent la Première Guerre de l’Opium. Non seulement doivent-ils payer des indemnités aux Britanniques, mais aussi leur céder Hong-Kong.

1843    
    Dr. Alexander Wood d’Edimbourgh découvre une nouvelle technique d’administration de la morphine, par injection. Il découvre que les effets de la morphine sont ainsi instantanés sur ses patients et trois fois plus puissants.

1852    
    Les Britanniques débarquent en Birmanie et importent de larges quantités d’opium d’Inde puis le vendent grâce à un monopole gouvernemental.

1853    
    Invention de l’aiguille hypodermique.

1856    
    Les Britanniques et les Français renouvellent leurs hostilités envers la Chine durant la Deuxième Guerre de l’Opium. Après sa défaite, la Chine est forcée de payer de nouvelles indemnités. L’importation de l’opium est légalisée.  

Augmentation de la production d’opium dans les hautes montagnes de l’Asie du Sud-Est.
1874    
    Le chercheur anglais C.R. Wright synthétise pour la première fois l’héroïne, aussi appelée diacétylmorphine, en faisant bouillir de la morphine sur un poêle.

A San Francisco, interdiction de fumer de l’opium dans la ville, la pratique est limitée aux quartiers chinois avoisinants et à leurs maisons d’opium.

1878    
    La Grande-Bretagne passe l’Acte sur l’opium en espérant réduire la consommation de l’opium. Conformément aux nouvelles réglementations, la vente d’opium est restreinte aux fumeurs d’opium chinois et consommateurs d’opium indiens enregistrés tandis que sa consommation est strictement interdite aux Birmans

1886    
    Les Britanniques colonisent la région nord-est de la Birmanie, l’Etat de Shan. La production et la contrebande de l’opium le long de la région sud de la Birmanie prospère malgré les efforts britanniques pour maintenir un monopole strict du commerce de l’opium. 

1890    
    Le congrès américain impose une taxe sur l’opium et la morphine en passant une première loi sur les stupéfiants.

Sous prétexte de mener une campagne « antidrogue », les tabloïds de William Randolph Hearst publient des histoires de femmes blanches séduites par des Chinois et leur opium pour invoquer la peur du “péril jaune”.

1895    
    Heinrich Dreser, employé de la Société Bayer d’Elberfeld, en Allemagne, découvre que la dilution de la morphine avec des acétyles produit une drogue dépourvue des effets secondaires courant de la morphine. Bayer débute la production de la diacétylmorphine et la surnomme « héroïne ».

1898    
    la société Bayer introduit l’héroïne comme substitut de la morphine.

Début du XXe s.    
    Aux Etats-Unis, la société philanthrope Saint James lance une campagne pour la fourniture d’échantillons gratuits d’héroïne par courrier aux morphinomanes qui essaient de mettre fin à leur accoutumance.

Les efforts des Britanniques et des Français pour contrôler la production d’opium dans l’Asie du Sud-Est rencontrent du succès. Toutefois, cette région, aussi surnommée le “Triangle d’or”, devient le principal acteur dans le commerce lucratif de l’opium pendant les années 40.

1902    
    Des physiciens abordent dans divers journaux médicaux les effets néfastes de l’utilisation de l’héroïne en tant que cure de la morphine. Plusieurs physiciens avancent que leurs patients souffrent de symptômes de sevrage aussi sévères que durant le sevrage de la morphine.

1903    
    L’héroïnomanie se propage à une vitesse alarmante.

1905    
    Première mention de véritable commerce d’opium à Canton.

1906    
    La Chine et l’Angleterre signent enfin un traité sur la restriction du commerce de l’opium entre la Chine et l’Inde.

Plusieurs physiciens mettent en œuvre des traitements de l’héroïnomanie. Les docteurs Alexander Lambert et Charles B. Towns proclament que leur cure populaire est la « cure la plus avancée, la plus efficace et la plus humaine » de l’héroïnomanie. Cette cure est effectuée sur une période de 7 jours, dont cinq de purge à l’aide de doses de belladonna delirium.

Le congrès américain ratifie l’Acte sur la Nourriture Pure et les drogues : les ingrédients des médicaments doivent êtres énumérés sur les étiquettes par les sociétés pharmaceutiques. En conséquence, la disponibilité des opiacés et le nombre de consommateurs d’opiacés baissent fortement.

1909    
    La première loi fédérale de prohibition des drogues est adoptée aux Etats-Unis, interdisant l’importation de l’opium. Elle entre en vigueur avant la conférence de Shanghaï, durant laquelle les Etats-Unis exigent la mise en place de législation sur la cessation de la vente d’opium en Chine.
1er février  1909    
    La Commission internationale sur l’opium a lieu à Shanghaï.  Dr Hamilton Wright et l’Evêque épiscopal Henry Brent mènent la délégation américaine. Tous deux essaient de convaincre la délégation internationale des effets immoraux et néfastes de l’opium.   

1910    
    Après 150 ans d’échec dans la lutte contre l’opium, les Chinois réussissent enfin à convaincre les Britanniques de cesser le commerce de l’opium entre l’Inde et la Chine.

17 décembre 1914    
    Adoption de l’Acte Harrison sur les stupéfiants afin de combattre l’abus des drogues et la toxicomanie (concerne principalement la cocaïne mais également l’héroïne). Il exige que tout docteur, pharmacien et autre professionnel qui prescrivent des stupéfiants soient enregistrés et payent une taxe.

1922    
    Acte sur l’importation et l’exportation des stupéfiants : l’importation d’opium brut est limitée et réservée aux fins médicales.

1923    
    La Division des stupéfiants de la Trésorerie des Etats-Unis (la première agence fédérale des stupéfiants) interdit toute vente de stupéfiants licites. Cette interdiction force les héroïnomanes à se procurer leur drogue de dealers illicites.

1924    
    Acte sur l’héroïne : la fabrication et la possession d’héroïne sont illégales.
1925    
    Suite au premier interdit fédéral de l’opium, un marché noir lucratif s’établit dans les quartiers chinois de New York.
Années 30    
    La majorité de l’héroïne illicite entrée en contrebande aux Etats-Unis provient de la Chine et est raffinée à Shanghaï ou Tietsin.
Formation du Bureau Fédéral des Stupéfiants.

Début des années 40    
    Durant la seconde guerre mondiale, les routes du commerce de l’opium sont bloquées et le trafic en provenance de l’Inde et de la Perse est interrompu. Ayant peur de perdre leur monopole sur l’opium, les Français encouragent les cultivateurs Hmong d’augmenter leur production d’opium. 

1945-1947    
    La Birmanie recouvre son indépendance de la Grande-Bretagne à la fin de la seconde guerre mondiale. La culture et le commerce de l’opium prospèrent dans les Etats Shan.

1948-1972    
    Les gangsters corses dominent le marché américain de l’héroïne grâce à leurs relations avec les distributeurs de stupéfiants mafiosi. Après le raffinage de l’opium brut turc dans les laboratoires de Marseille, l’héroïne est vendue rapidement aux toxicomanes de New York.

Les années 50
    Alors que les Etats-Unis tentent d’entraver la progression du communisme en Asie, ils se voient obligés de forger des alliances avec des tribus et seigneurs de la zone du Triangle d’Or (une région le long des frontières du Laos, de la Thaïlande et de la Birmanie)  afin d’obtenir l’accessibilité à et une protection le long de la frontière chinoise. Afin de maintenir leurs relations avec ces seigneurs de guerre tout en continuant la lutte contre le communisme, les Etats-Unis et la France approvisionnent les seigneurs de guerre et leurs armées avec des armes, munitions et transport aérien pour la production et la vente de l’opium.  Résultat: l’explosion du marché de l’héroïne au Etats-Unis. 

1962    
    La Birmanie proscrit l’opium.

1965-1970    
    L’implication des Etats-Unis au Vietnam est blâmée pour le trafic d’héroïne vers les USA. Afin d’aider les alliés des Etats-Unis, la CIA met en place une ligne aérienne, Air America, afin de transporter l’opium brut de la Birmanie et du Laos. Par la suite, une partie de l’opium est transportée vers Marseille par des gangsters corses qui raffinent l’opium en héroïne puis l’envoient aux Etats-Unis par l’intermédiaire de leurs relations françaises. Le nombre d’héroïnomanes aux Etats-Unis atteint 750 000.

1970    
    L’Acte sur les substances contrôlées est ratifié : les drogues sont catégorisées, les réglementations et peines afférentes aux stupéfiants établies.

La chanteuse légendaire Janis Joplin décède à l’hôtel Landmark de Hollywood, victime d’une “surdose accidentelle d’héroïne”.

1972    
    L’exportation d’héroïne du Triangle d’Or, contrôlée par le seigneur de guerre Shan Khun Sa constitue une source majeure d’opium brut dans le commerce lucratif des stupéfiants.

1er juillet 1973    
    Le Président Nixon crée le DEA (Drug Enforcement Administration/ Agence de lutte contre les drogues) au sein du Département de la Justice afin de consolider tous les pouvoirs fédéraux de lutte antidrogue en une seule agence.

Milieu  des années 70    
    Saïgon tombe. L’épidémie de l’héroïne est endiguée. Découverte d’une nouvelle source d’opium brut, la Sierra Madre au Mexique. La « boue mexicaine » remplacera temporairement la « blanche de Chine » jusqu’en 1978.

1978    
    Les gouvernements américains et mexicains trouvent un moyen d’éliminer la source d’opium brut : ils aspergent les champs de pavot d’Agent Orange. La quantité de “boue mexicaine” sur le marché américain décline et le plan d’éradication est considéré un succès. Etant donné la baisse de l’approvisionnement en “boue mexicaine”, les trafiquants trouvent une autre source d’héroïne dans la région du Croissant d’Or : Iran, Afghanistan et Pakistan. Ainsi la production et le commerce de l’héroïne illicite reprennent très vite.

1982    
    Le comédien John Belushi de Animal House meurt d’une surdose après l’ingestion d’une “speedball” (mélange héroïne-cocaïne).

Sept 1984    
  Le Ministère des Affaires Etrangères américain conclut, après plus de 10 ans de programme de substitution de récolte pour les cultivateurs de marijuana, coca et pavots dans le Tiers Monde, que la tactique ne peut réussir si elle n’est pas accompagnée d’une éradication des plantes et de poursuites judiciaires. Les programmes d’éradication en Birmanie, au Pakistan, Mexique et Pérou produisent peu de résultats.

1988    
    La production d’opium en Birmanie augmente sous le régime de la junte militaire.

La plus grosse saisie d’héroïne est effectuée à Bangkok. Les Etats-Unis soupçonnent que le cargo de 1200 kilos en route vers New York provenait du Triangle d’Or, contrôlé par le seigneur de guerre Khun Sa.

1990    
    Un tribunal américain  poursuit Khun Sa, leader de l’Armée Shan et apparemment seigneur dealer , pour trafic d’héroïne. Le Procureur Général des Etats-Unis inculpe Khun Sa de l’importation de 1700 kilos d’héroïne à New York sur une période de 18 mois, ainsi que de la responsabilité de l’héroïne saisie à Bangkok.

1992    
    Les barons trafiquants colombiens introduisent une héroïne de haute qualité aux Etats-Unis.

1993    
    L’armée thaï, avec l’aide de L’US DEA, lance une opération afin de détruire des milliers d’hectares de champs de pavot dans la région du Triangle d’Or.


31 octobre 1993    
    L’héroïne emporte une autre victime connue, River Phoenix à l’âge de 23 ans ; il avait ingéré une “speedball”, mélange d’héroïne et de cocaïne, pareil au comédien John Belushi.

Jan 1994    
    Les tentatives d’éradication de l’opium à la source continuent d’échouer. Le gouvernement de Clinton ordonne un changement de politique antidrogue des gouvernements précédents. Il souhaite se concentrer sur « l’affermissement des institutions » et espère que « le renforcement des gouvernements démocratiques à l’étranger donnera naissance à un comportement respectueux des lois et à des possibilités économiques légitimes ».

Avril 1994    
    Kurt Cobain, chanteur de Seattle du groupe Nirvana, se suicide  en consommant de l’héroïne.

1995    
    Le Triangle d’Or constitue maintenant la région productrice d’opium la plus importante, avec 2,500 tonnes par an. Selon des experts américains, il existe de nouvelles routes de trafic entre la Birmanie et la Chine du Sud, le Cambodge et le Vietnam en passant par le Laos.
Jan 1996    
    Khun Sa, l’un des plus puissants seigneurs de guerre et trafiquant ,« se rend » au gouvernement militaire de Birmanie. Les Etats-Unis soupçonnent que cet accord entre la junte militaire et Khun Sa permettra au « roi de l’opium » de continuer de contrôler le commerce de l’opium s’il cesse sa guerre révolutionnaire de 30 ans contre le gouvernement.   

Novembre 1996    
   Apparemment , des organisations de trafic de stupéfiants chinoises, nigériennes, colombiennes et mexicaines « font le trafic sans relâche de l’héroïne aux Etats-Unis et en Europe ».

Références    
   
Booth, Martin. Opium : a history (L’opium: une histoire). Londres: Simon & Schuster, Ltd., 1996.

Latimer, Dean, et Jeff Goldberg avec une introduction de William Burroughs.
Flowers in the Blood : The Story of Opium (Les fleurs dans le sang : l’histoire de l’opium). New York: Franklin Watts, 1981

McCoy, Alfred W. The Politics of Heroin : CIA complicity in the Global Drug Trade (La politique de l’héroïne : la complicité de la CIA dans le commerce international des stupéfiants) New York: Lawrence Hill Books, 1991.

Musto, David F. The American Disease: Origins of Narcotic Control. New York: Oxford University Press, 1987. (La maladie américaine : les origines du contrôle des stupéfiants).

Back to Top